Le choix du cœur

Anthony Lopes, bien que né en France, a tenu à représenter le Portugal. Photo Miguel A. Lopes/Lusa.
Les supporters portugais n'ont pas été avares d'applaudissements et les cris de guerre de Ronaldo ont fusé dans les gradins. Photo Miguel A. Lopes/Lusa.
Les joueurs et l'entraîneur ont à leur tour applaudi le public portugais, dont le soutien leur sera précieux pour aller le plus loin possible dans la compétition. Photo Miguel A. Lopes/Lusa.
Le « coeur » a obligé le gardien Anthony Lopes à représenter la sélection portugaise de football, bien qu’étant né en France, et il va disputer la phase finale de l’Euro 2016 « pratiquement à la maison ».

Au cours de la première conférence de presse de la sélection portugaise sur le sol français, le joueur de 25 ans a déclaré que cela ne le gênait pas d’être dans l’ombre de Rui Patrício, le titulaire des cages lusitaniennes.

« Rester derrière Rui n’est pas un problème. C’est la décision de l’entraîneur. Ce que je veux c’est travailler, aider l’équipe au maximum à l’entraînement et aider Rui durant l’échauffement », a déclaré Anthony Lopes, qui ne cache pas ses liens avec la France.

Le gardien lyonnais, est né à Givors dans une famille immigrée et très tôt s’est considéré comme Portugais.

« Ce fut une décision facile car je voulais jouer pour mon pays. Je suis né en France, mais je suis Portugais. Ca a été une décision du cœur et je suis très content d’être ici en France pour disputer l’Euro. Je suis presque à la maison », a-t-il ajouté.

Pour Lopes, qui a défendu les filets portugais à quatre reprises, le Portugal devrait être la deuxième sélection en nombre de supporters, juste derrière la France.

« Il y a beaucoup d’immigrés portugais et ce sera un soutien très spécial et important. Nous allons être la deuxième nation avec le plus de supporters dans les stades et c’est un avantage dont nous devons profiter », déclare le Lyonnais.

Le premier entraînement de la Seleção a eu lieu ce soir [09/10/2016] et a été suivi par un public nombreux qui ne s'est pas montré avare d'applaudissements. Ronaldo a été de loin le plus fêté et on a même entendu à plusieurs reprises des répliques de son cri de guerre dans les gradins.

Durant toute la compétition, l’armada lusitanienne sera installée dans le Domaine de Bellejame, le centre d’entraînement de la Fédération Française de Rugby, à Marcoussis, à une trentaine de kilomètres de Paris.