Le retour des héros

Arrivée de l'avion à l'aéroport Humberto Delgado à Lisbonne. Photo Mário Cruz/Lusa.
Une foule nombreuse salue la Seleção en route vers Belém. Photo Steven Governo/Lusa.
Le président Marcelo et plusieurs membres du gouvernement posent avec les joueurs et l'équipe technique au palais de Belém. Photo Tiago Petinga/Lusa.
La foule en liesse place du Marquis de Pombal. Photo Nuno Veiga/Lusa.
Dernier bain de foule, Alameda Dom Afonso Henriques, l'équipe et le public entonnent A Portugesa. Photo António Cotrim/Lusa.
La Seleção chante l'hymne national avec le public en guise de clôture de son épopée footballistique. Photo Miguel A. Lopes/Lusa.
L’aventure de la sélection portugaise de football à l’Euro 2016 s’est terminée aujourd’hui [11/07/2016] en apothéose à Lisbonne, après avoir obtenu un triomphe historique face à la France (1-0) en finale.

La fête a commencé la veille au Portugal, en France et un peu partout dans le monde, et se prolonge aujourd’hui avec des centaines de personnes qui attendent la Seleção à l'aéroport, entonnant des chants plus particulièrement en l’honneur de Rui Patrício et Éder.

L’avion dans lequel voyageaient les héros nationaux, baptisé Eusébio, est arrivé vers 12:40 (heure locale), escorté depuis son entrée dans l’espace aérien portugais par deux F-16.

Cristiano Ronaldo, capitaine et personnage central de la Seleção (même en ayant été substitué à la 25e minute à la suite de l’agression de Payet), a été le premier à sortir de l’avion, suivi de Fernando Santos, tenant tous deux la coupe de champion d’Europe conquise en France.

Le trophée a ensuite été remis à Nani et est passé de mains en mains au fur et à mesure que les joueurs sortaient de l’avion et entraient dans les bus à impériale portant l’inscription Campeões, assez proche de celui aux couleurs de la France entraperçu sur une autoroute avant la finale, mais qui n’aura pas servi.

Tandis que retentait la musique de Queen, We Are The Champions, un long cortège de voitures et de motos s’est formé derrière les autobus, partis en direction de Belém, où l’équipe était attendue par le président de la République. Sur les bords de la route de nombreux Portugais avaient également tenu à saluer les vainqueurs.

Au palais de Belém, outre Marcelo Rebelo de Sousa, étaient présents le président de l’Assemblée, Ferro Rodrigues, le Premier ministre, António Costa, le ministre de l’Education, Tiago Brandão Rodrigues, le secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports, João Paulo Rebelo, ainsi que l’épouse du sélectionneur, Guilhermina Santos.

« Aujourd’hui n’est pas comme hier. Pour beaucoup, il semble que oui, on a gagné le Championnat d’Europe, les problèmes économiques, sociaux, politiques et culturels continuent. Il y a une différence, la différence a été votre exemple », a déclaré le président portugais, ajoutant : « l’exemple de ce qu’est gagner avec courage, détermination, capacité de lutte, humilité et esprit d’équipe. Cela fait la différence. Et la différence entre aujourd’hui et hier c’est qu’aujourd’hui nous avons davantage de raisons, grâce à vous, de croire en le Portugal. Vive le Portugal ».

Tous les joueurs recevront la distinction de l’Ordre du Mérite.

Le cortège victorieux a continué sa route ensuite en direction du Futebol Park – où des milliers de personnes avaient suivi les matches de l’Euro sur écran géant – pour un nouveau bain de foule tout au long du parcours.

Le passage par la Praça do Marquês de Pombal, scène privilégiée de la fête du 10 juillet, a été l’un des moments importants du trajet, avec un Cristiano Ronaldo toujours en vedette principale.

Dans l’avenue Dom Afonso Henriques, où des milliers de Portugais attendaient la Seleção, Fernando Santos a dédié la victoire à tout le pays. Puis, joueurs et public ont entonné A Portuguesa en guise de clôture du jour où le Portugal est entré dans l’Histoire du football européen.